Index du Forum » » CR de courses sur route

Auteur

Marathon de Paris - Edition du 10/04/2011 (version Laurentinus)
Laurentinus

Warning: Missing argument 4 for member_qualif(), called in /home/users4/s/solisa/www/prntopic.php on line 146 and defined in /home/users4/s/solisa/www/functions.php on line 390
3359     
 gniaqueur

  Posté : 11-04-2011 23:15

Tout à commencer en novembre 2010 quand j’ai posté mon courrier pour le concours de Jogging International. Un dossard pour le Marathon de Paris 2011, année de mes 42 ans : pourquoi pas ? Un pari gagnant puisque quelques semaines plus tard, je découvrais avec joie que j’avais été tiré au sort. C’était parti !
Février 2011, je démarre mon plan d’entraînement sur 10 semaines. Je suis passé de 2 à 3 sorties par semaine à 4 sorties. Au fur et à mesure des semaines, j’ai engrangé les entraînements et ces tours de pistes ne m’ont pas du tout convenu puisque je me suis blessé : tendinite aux deux genoux. Les semaines sont passées avec une préparation allégée et des sorties réduites au minimum pour ne pas aggraver les blessures. Glaçage, anti-inflammatoire et pommade furent nécessaires tous les jours.
Fini les malheurs à quelques jours du départ mais une question me revenait sans cesse : « Fais-je y arriver ? ».

Samedi 9 avril 11 : Départ pour Paris avec ma femme et des amis. Installé à l’Hôtel, je m’empresse de retirer mon dossard au Parc Expo Porte de Versailles. Le soleil est au rendez-vous et ce marathon s’annonce bien. L’organisation est bien huilée. Vous me direz c’est le 35 éme Marathon de Paris ! Le retrait du dossard se fait assez rapidement et je ressens déjà une certaine émotion d’avoir ce bout de papier entre mes mains. Dans des moments comme çà, on oublie tout. Ou alors, on pense à beaucoup de choses qui vous sont arrivées et on se dit qu’on a réussi à les surmonter. Alors, pourquoi pas 42,195 petits kilomètres ?

Image hébergée par servimg.com

La journée de samedi n’est pas finie car nous décidons de nous promener dans Paris. Visite de la Tour Eiffel et du Quartier Chinois.
Image hébergée par servimg.com

Dimanche 10 avril 11 : Levé à 6h du matin, je déjeune tranquillement et tape la discute avec des italiens venus de Milan. La salle est blindée de Marathoniens et Marathoniennes.
A 7h05, je quitte l’hôtel pour me rendre sur les Champs Elysées. Le métro est festif. C’est rare pour le signaler ! C’est donc dans une ambiance bon enfant que j’arrive à la station Etoile. Après quelques minutes, je tombe par hasard sur Hubert qui me reconnaît tout de suite. N’est-ce pas ? C’est évident que les photos sur pcap.fr aident beaucoup pour se retrouver. Un coup de fil à Pascal qui se trouve devant chez Cartier. Le Luxe !! On papote assez facilement et je rencontre également Stefasn. Photos Clic Clac. Merci Madame ! Finalement le virtuel est bien fait car on parle comme ci on se connaissait depuis …… quelques semaines ou mois. Stefasn a ramené une boisson locale. Si j’avais su, le champagne m’aurait accompagné également mais ce n’est que partie remise. Je papote, je papote mais la course va bientôt partir et je m’empresse de rejoindre le sas des 3h45min.

Le départ est donné et c’est au bout de 8 minutes et des poussières que je déclenche mon gps. L’allure est plutôt cool et je suis avec beaucoup d’attention les conseils de Pascal : « Ne pars pas trop vite ». 5,40 au km c’est pas mal et pour l’instant, je ne ressens aucune douleur aux genoux. Les kilomètres défilent assez vite et le parcours est magnifique. Je prends vraiment du plaisir à courir dans les rues de Paris. C’est magique : l’ambiance, la foule, le soleil. Le 10 ème kilomètre arrive et je le passe en 53 min environ. Tout va bien, je n’ai aucune douleur et je garde ce rythme sans faiblir. Je m’hydrate régulièrement et je n’attends par les ravitos. La gourde dans le dos est bien pratique.
Au 15ème, le passage dans le bois de Vincennes est plaisant et mon allure augmente un peu : je suis à 5,30 au kilomètre. Le semi approche et toujours aucune douleur dans les genoux. Je m’en étonne mais je n’y pense pas et je continue ma course. C’est au 19 ème km que j’aperçois Hubert et Pascal sur le bord de la route. Je crie « Hé, PCAP », un sourire, deux trois mots et une photo. Que du bonheur ! Merci les gars.
Au semi, je passe en 1h57min. Je commence à faire des tas de calculs dans ma tête pour m’occuper l’esprit. Je me dis que je peux faire 4 h ou moins si je continue comme çà. Je pense un peu à ce fameux mur du 30 ème qui arrive petit à petit mais la course est loin d’être finie car il en restera 12 à parcourir pour finir. Le long des quais est assez long mais l’ambiance sous les tunnels est sensationnelle. On hurle, on se motive comme on peut. Certains chantent ! Les kilomètres passent et ne se ressemblent pas. Le trentième est passé sans encombre et cela me motive un peu plus pour rejoindre la ligne d’arrivée. Au 32ème, j’aperçois Laplombe qui marche en boitant. Je ralenti et on fait quelques mètres ensemble mais je continue seul avec un petit pincement au cœur pour lui. Je me répète sans cesse de garder confiance et du courage pour arriver au bout. Mon allure diminue petit à petit : 5,36 au km. Le Mur, je l’ai rencontré mais seulement au 38 ème kilomètre. Des douleurs apparaissent dans les quadriceps. Je bois et bois encore. Je m’arrose également les cuisses et la nuque. Des douleurs apparaissent dans le bras droit et le dos. Bizarre ! Je pense aux différents mouvements que j’ai pu faire pour tourner ma ceinture et prendre ma gourde. C’est peut-être bien çà ??
Peu importe, je ne lâche rien et la ligne d’arriver approche. Les deux derniers kms avant le champ de Mars sont difficiles avec une ligne droite interminable. Un dernier virage, un dernier effort et je passe la ligne en 4h00min et 19 sec. JE SUIS MARATHONIEN. C’est fait ! Cette histoire s’achève mais ce ne sera pas la dernière.
Image hébergée par servimg.com

Récupération de la médaille et du tee shirt et sortie définitive de cette édition 2011 du Marathon de Paris.
Image hébergée par servimg.com
Merci aux membres de pcap pour cette rencontre.
Merci à mon épouse de m’avoir accompagné.
Merci aux amis qui m’ont soutenu avant et pendant cette aventure.
Tof et Roger, merci à vous deux pour votre soutien moral.
Un coucou tout particulier à mes enfants qui m’ont aidé et accompagné par la pensée.
Pensées émues à ma grand – mère maternelle qui m’a aussi soutenue ….. au paradis.
Merci à toi Soleia et tes acolytes pour la création et la continuité de ce site.
Merci à vous de m’avoir lu.

Laurentinus.
Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com





Cet article provient de passioncourseapied.fr

http://www.passioncourseapied.fr/viewtopic.php?topic=11538&forum=90