Chaussez vos Runnings !
 [Flaneur - Connexion]
Sujets
jeudi 01 décembre 2022
 Bloc connec

Nom d'utilisateur :


Mot de passe :
 Ephémérides
En ce jour...
1783
Lancement du premier ballon à hydrogène dans le jardin des Tuileries.
1916
Assassinat du père Charles de Foucauld à Tamanrasset, en Algérie
1959
Partage de l'Antarctique entre grandes puissances.
2020
St Eloi Florence
2020
Journée mondiale contre le SIDA

 Activité du Site

Pages vues depuis 31/07/2006 : 46 384 171

  • Nb. de Membres : 1 545
  • Nb. d'Articles : 431
  • Nb. de Forums : 79
  • Nb. de Sujets : 21
  • Nb. de Critiques : 6

Top 10  Statistiques

31 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
| Des Questions? La FAQ | Des Questions? Le Glossaire | Des Questions? Les Forums | Des Questions? Astuce du jour | Tableau des records | Records à l'entraînement



Romain Rolland : La fatalité, c'est l'excuse des âmes sans volonté.
Le trail, un truc de Barjots ?
Posté par webmaster, le Lundi 27 février 2012 @ 13:53:43

(Lu 3965 fois)
Rechercher dans Tribune des Membres PCAP... Racontez... Publiez vos articles...
atchoum écrit

"

La première année, je voulais courir une heure. La deuxième année, je voulais courir dix kilomètres en moins d'une heure. La troisième année, je voulais faire un marathon.

Cette année, c'est la 4e année et j'ai décidé de juste me faire plaisir : les trails, ça avait vraiment l'air sympa…

On m'a dit "Non, fais pas ça, c'est un truc de Bargeots!" et justement le trail des barjots des coteaux se déroulait proche de la maison (Castillon en Gironde). Je m'apprêtais à m'inscrire, en frémissant, au 28 km quand deux amis coureurs très occasionnels ont relevé le défi de venir courir avec moi. Nous étions donc partis pour le 11 km, à trois.

 


 



6 heures du matin, départ de Bordeaux dans un brouillard à couper au couteau pour retrouver Claude & Etienne, chez le Claude, à Bouliac.

Un café pour calmer le petit stress naissant de mes deux compagnons de course tout à la fois surpris d'avoir accepté mon invitation/défi et contents de découvrir la course. Tous deux sont des sportifs réguliers, aguerris, mais bien davantage connaisseurs du mawashi, des étranglements ou du maniement des armes que des sports d'endurance. Pour tout dire et ayant fait cette jonction entre les deux activités sportives : ce sont des activités physiques énergétiquement opposées. L'un fait appel à la répétition d'efforts courts, puissants, anaérobies et l'autre cherche à maintenir une activité de puissance maximale en aérobie. Tout cela pour dire que ces gaillards là, tous deux, prendraient assez facilement le tout venant en combat singulier…

Après 45 minutes de route dans la brume, le soleil perce peu à peu éclairant d'un blanc lumineux les pierres dorées des coteaux de Castillon. Pujols nous accueille et avec lui ses dizaines de bénévoles, souriants, accueillants, sympathiques.

Guidés jusqu'a parking, nous allons valider nos inscriptions, nous mettre en tenue, faire quelques étirements et échauffements.

Sur la grand place, madame le maire jette le micro pour nous accueillir de vive voix, AC/DC crache ses décibels, coup de fusil : les 28 km partent. AC/DC bégaie 5 minutes plus tard et notre petit groupe d'une petite centaine de personnes part à son tour pour les 11 km.

Nous voilà en descente en pleine nature, sur un sol agréable, peu piégeant et pas trop lourd. Le soleil est déjà là et rend cette course tellement sympathique que je me retrouve à chantonner au milieu de mes deux comparses qui m'insultent gentiment en essayant de caler leur rythme de respiration sur leurs foulées. Un départ sur les chapeaux de roue à presque euh, ah oui si peu ?, dix kilomètre heure

Et c'est parti pour une agréable promenade à flanc de coteaux, les sous bois, les champs, les vignes, à nouveau les sous bois, parfois une route à traverser mais aussitôt on se réenfonce dans des bois clairs et lumineux. Les balises placées tous les vingt mètres, le fléchage d'un rose fluo et les bénévoles aux points clefs sont autant de manière de décharger son esprit d'autre chose que de profiter du moment présent. Je gambade comme un cabri, néglige un peu trop les cordes de soutien placées aux points de descente à risque ou de montées trop abruptes ce qui me permet d'apprécier la capacité de tenue au sol de mes cabrakan de Mizuno. Effectivement, il valait mieux qu'elles adhèrent bien car la descente aurait été un peu trop... brutale sinon.

Derrière moi, Etienne commence à se dire que les kilomètres ont dû se dilater avec le soleil. Claude s'inquiète car son cardio lui indique qu'il est dans le rouge, en résistance dure. Je les attends en haut des cotes et il y en a quelques unes quand même…

Huitième kilomètre, Etienne a les pieds qui chauffent : ses chaussures peu adaptées usent sa peau pourtant tannée par des années de tatamis rugueux. Claude est désormais tout le temps dans le rouge, je l'accompagne. "Non, on ne marche pas Claude, on trotte, doucement, là, reprends le rythme, laisse descendre les battements de ton coeur, tranquille, on y va."

Les pentes sont pentues et les muscles tendus. Le soleil commence à faire couler la sueur et les montées font travailler les mollets et les quadriceps. "Aller, on monte les gars, on y est presque."

Une descente, chouette. Une montée, oh non…

Le soleil dore désormais toute la nature de rayons doux et cuivrés. Les vieilles pierres blondes du Libournais renvoient cette chaleur et la vigne dessine les courbes de niveau sur le paysage. 

"On arrive au lavoir Claude, c'est la fin!" Etienne est revigoré par la vue de la ville, objectif de fin. Claude est déçu, il se pensait plus endurant, la limite physique est là. Il fait ce qu'il peut et mes encouragements doivent l'agacer autant que l'aider ; il est beau : il se surpasse. 

La ligne d'arrivée est en vue, Claude veut s'arrêter là. Etienne le prends par un bras, moi par l'autre, nous arrivons ensemble, tous les trois.

La fatigue est là, Claude erre un peu, se pose et lâche "J'ai senti ma limite là", je lui ramène un verre de coca. Etienne le félicite. Nous regardons les derniers arrivés un peu surpris : il y en avait donc derrière nous ? Etienne lâche admiratif devant une personne de soixante dix ans qui arrive "Chapeau, j'aimerais pouvoir en faire autant à son âge. Mon père ne pourrait pas le faire je pense." Et son père était un fichu bon boxeur en son temps pourtant.

La douche est prise, le soleil chauffe, le premier des 28 km arrive en deux heures frais et dispo.

Nous quittons les lieux en nous promettant de refaire "ça".




"
soleia
47537       
 
 

soleia
  Posté : 27-02-2012 14:28

Un compte-rendu plein de poésie et d'amitié dans l'effort, merci beaucoup pour ton récit
Bravo à toi et tes amis

  Profil
Petitrenardbleu
8740     
 
 

Petitrenardbleu
  Posté : 27-02-2012 16:03

C'est là un superbe cr de course, comme je les adore, tant on sent ton plaisir d'être là, simplement être là !!! Ton style littéraire est aussi d'un grand confort de lecture, on voit le paysage et ses lumières rien qu'à te lire... Et puis ta relation à tes 2 amis est également pleine d'émotion et de réelle présence, tout en douceur ... Ca me rappelle quelqu'un... ici même... hein soleia....
Merci vraiment pour ces mots d'humanisme ....
On aimerait beaucoup te relire plus souvent, dans le fil du jour par exemple...

Paix des sables...

  Profil
MARC78
12352      
 
 

MARC78
  Posté : 27-02-2012 18:28

+1 ... très beau récit plein de passages très poétiques que l'on en oublie presque la course et la dureté de l'épreuve !
Grand coup de chapeau pour ton trail, le 1er d'une longue série pour cette année !
Le trail, un truc de bargeots ? Non je ne crois pas, mais assurément à te lire, un truc de coureurs-poètes-bargeaots !!

Grand bravo à toi et tes amis !!



10km: 44'23"(2011) - Semi-marathon: 1h40'38"(2011) - Marathon: 3h27'07"(2008) - 6H: 63,936km - 12H: 107,136km - 24H: 189,216km(en 2008 pour les 3) - 100km: 10h33'05"(2009)

  Profil  www
atchoum
19   
 
 

atchoum
  Posté : 27-02-2012 19:29

merci pour vos commentaires, c'est sympa

  Profil
kikitom
5810     
 

kikitom
  Posté : 27-02-2012 21:11

waouh....quel joli récit ! Je m'y serais cru pour un peu , c'est vraiment un tres joli texte et un tres joli compte-rendu . J'espere pouvoir te rencontrer un jour là-bas , au plaisir

  Profil
Aller à la page : [ 1 | 2 ]
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


..: Article : Précédent | Suivant :..


HTML généré en: 0.2326 seconde(s)